Le Quartet

C’est la rencontre avec le bouzoukiste Jean-Marc Gibert en 2012 à Marseille qui marque le début du projet Fado Rebetiko initié par la chanteuse et pianiste grecque Kalliroi Raouzeou, désireuse de réunir ces deux registres populaires méditerranéens autour d’une voix accompagnée d’instrumentistes issus de cultures musicales différentes.
Dès Janvier 2013, ils se produisent en trio à la Maison du Chant, lieu de soutien qui restera symboliquement important dans la suite du développement du groupe.
Dès Décembre 2013 le groupe se produit en quartet, suite à la rencontre avec Jérémie Schacre et Nicolas Koedinger qui intègrent la formation en tant que guitariste et contrebassiste. Les concerts s’enchaineront ensuite dans la région PACA, jusqu’à Lyon et Paris, avant d’enregistrer un premier EP auto-produit en 2015 -Ta Limania.
C’est en Novembre 2016 que le groupe est programmé au Festival « De Vives voix » au Mucem. Ravissant le public, il se produira à nouveau l’année suivante au Château Borely.
L’année 2017 s’ouvre quant à elle sous les meilleurs auspices avec un concert à l’Opéra de Lille, qui leur vaudra également d’être reconduit l’année suivante.
Le 30 Mars 2018 inaugure le nouveau répertoire à la Cité de la Musique de Marseille, qui affiche complet pour l’évènement, tandis que la préparation d’un nouvel album prend forme sous le nom d’ « Inspiraçoes urbanas » dont la sortie est prévue en Mars 2019.

img_0013

Kalliroi Raouzeou site personnel

Née à Athènes en 1982, Kalliroi est une chanteuse, pianiste et compositeure. Elle a étudié l’harmonie et le piano classique auConservatoire National d’Athènes, la musicologie et le chant jazz à l’Université Ionienne, ainsi que le théâtre à l’école dramatique de Theodosiadis à Athènes. Depuis 2000, elle fait des concerts avec de nombreux artistes grecs pour devenir une chanteuse – pianiste reconnue. Elle compose aussi pour plusieurs pièces de théâtre notamment pour le Théâtre d’Ionie. Elle s’installe à Marseille en 2010 et fait partie de divers projets musicaux. En 2013 elle crée le FadoRebetiko Projet, qui mêle le Fado portugais avec le Rebetiko grec et avec son quartet fait de nombreux concerts en France et enregistre l’album ’Ta Limania’. Avec le groupe Oxxaman de Grenoble, elle enregistre en 2014 l’album ’Music from Rebetika’, qui propose des arrangements jazz sur des musiques traditionnelles grecques. Elle collabore avec la compagnie lyonnaise AnouSkan dans le spectacle de danse ’Cercle’ qui se produit en France et en Espagne entre 2013 et 2015. Depuis 2016 elle est une des Dames de la Joliette, le quintette polyphonique féminin basé sur Marseille. Elle joue et compose dans le projet greco-hispanique Zoppa. En 2018, elle enregistre l’album ’Hanckok of Porcine Heart’ avec le groupe One Shot Lili, ainsi que le deuxième album du FadoRebetiko Project ’Ispiraçoes Urbanas’. Elle joue dans les festivals de Vives Voix,  Joutes Musicales de Correns, Jazz Altitude, CaravanSérail, Off d’Avignon, Chanson Française Pays d’Aix, les Musicales de la Font de Mai, Musiques dans la Rue d’Aix en PCE, festival de Mallemort, Musiques au château d’Olioulles, Regards du Sud de Calenzana, Les Méridiennes, Cooksound, Petit Paris d’Athènes, Métissons du Sénégal, festival de Robion, Zones Portuaires, les Innovendables. Elle performe pour SOS Méditerrannée et pour les réseaux d’artistes de Hors – Lits. Elle enseigne le chant grec à la Maison du Chant, collabore avec la compagnie Rassegna, l’association Mundozika, avec le traducteur Michel Volkovitch, Trace de Poéte et fut artiste ponctuelle du Théâtre NoNo et du bateau-théâtre La Nef des Fous. 

Jean-Marc Gibert
Jean-Marc Gibert, guitariste et bouzoukiste, a joué dans différentes formations pop/jazz avant de se tourner vers les musiques traditionnelles en participant au groupe Haydé de 2003 à 2009, dont le répertoire allait des Balkans à la Méditerranée (Bulgarie, Hongrie, Roumanie, Grèce,…). Il a ensuite monté sa propre formation Gadjérom à partir de 2009, axé sur la musique tzigane où il intervient à la guitare, au bouzouki et au chant. Parallèlement, il s’est perfectionné au bouzouki (stage avec Iannis Vlachos en 2011) et a participé au groupe grec Meraki. Il joue actuellement dans le groupe Jarava qui aspire à donner une couleur plus actuelle aux chants traditionnels des balkans.

Jeremie Schacre
Médaillé d’or de guitare classique et de musique de chambre du Conservatoire d’Aix-enProvence, Jérémie Schacre est depuis toujours fasciné par la musique de Django Reinhardt. En parallèle il étudie aussi le flamenco avec le maître Juan Carmona. En 2006 il crée avec son ami violoniste Jean-Christophe Gairard le groupe Clair de Lune Trio qui se spécialisera dans les musiques des Balkans, notamment de Roumanie. Autodidacte, au fil des rencontres avec des musiciens manouches et tsiganes, il est amené à se produire avec des artistes reconnus (Tchavolo Schmitt, Didier Lockwood, Tcha Limberger, Roberto de Brasov, la chanteuse gitane Negrita, Chico & les Gypsies ou encore Guy Marchand) avec qui il se perfectionne au contact du public. Installé à Marseille, il est appelé à se produire en Corse et sur le continent européen (France, Roumanie, Grèce, Danemark, Suisse, Italie, Espagne) et plus loin (Inde, Cameroun). Aujourd’hui il est membre du groupe Tzwing (compositions d’inspiration manouche), et de l’ensemble Nova Zora (chants Rroms & Bulgares).


Nicolas Koedinger
C’est à l’âge de quinze ans que Nicolas débute la basse électrique, en autodidacte. Un an plus tard il entre dans la classe de jazz du Conservatoire de Marignane dirigée par Yves Laplane. En 1998 il poursuit sa formation à l’ I.M.F.P. (Institut Musical Formation Professionnelle) où il étudie durant quatre années aux côtés de ses professeurs Gérard Maurin, André Villegier, Michel Zénino,… Il fait alors ses premiers pas derrière la contrebasse, il étudie l’harmonie fonctionnelle et modale ainsi que l’improvisation, et il se passionne pour la composition. Captivé par son nouvel instrument et le rôle que celui-ci occupe au sein d’un orchestre, il aura une véritable révélation en écoutant des contrebassistes tels que Charles Mingus, Oscar Pettiford ou encore Scott La-Faro qui deviendront ses principales influences. En 2007, Nicolas présente ses propres compositions au jury du Conservatoire National de Marseille. Il obtient une médaille d’or à l’unanimité. Dans son parcours, il rencontre et se produit avec des jazzmen de renom comme le saxophoniste-flûtiste américain Abdu Salim, le tromboniste Philippe Renaud, le saxophoniste Raphaël Imbert, les batteurs Cédrick Bec et Christian « Tonton » Salut, la chanteuse franco-américaine Cécile Mc Lorin. En 2012, il monte son propre projet personnel (Nicolas Koedinger 5tet) et remporte quelques mois plus tard avec celui-ci, le tremplin de jazz à Porquerolles (prix du jury et prix du public). La formation joue alors en première partie d’Archie Shepp puis de Michel Portal et Vincent Peirani.